Aérodrôme

Quatrième édition du meeting d’aéromodélisme Les têtes en l’air !

Pour en savoir plus sur le programme, cliquez ici :

Tél : 04 95 56 17 50
Fax : 04 95 57 35 96
Site internet : http://www.aerodromedeghisonaccia.com/index.php

Mail :  contact@aerodromedeghisonaccia.com

L’aérodrome connaît aujourd’hui un succès important, on ne compte plus les amateurs et passionnés qui se pressent sur le site pour découvrir toutes les joies de l’aviation générale. Et les nombreuses pratiques, très différentes les unes par rapport aux autres, sont toutefois très complémentaires… Entre le vol à moteur, le vol à voile, l’hélicoptère, l’ULM et le parachutisme, c’est une grande famille qui se réunit quotidiennement pour évoquer le passé, le présent et le futur…
Au Club House installé à proximité de la stèle dédiée aux pilotes américains, on pourrait se croire dans une scène du film « L’étoffe des Héros » qui contait la vie des grands pilotes américains qui ont façonné l’histoire de l’aéronautique et de la conquête de l’espace… L’ambiance est détendue et les échanges portent avant tout sur les instruments de bord, les turbulences et les couloirs aériens de l’île… Patricia, Patrice, Marco, Dominique, Bernard et Marco, présidents et responsables des associations, écoutent avec soin, les anecdotes et les histoires de cet aérodrome, distillées à souhait par la mémoire de l’aérodrome, Michel Collomb.

AéroClub de Ghisonaccia : L’activité charnière
Président de l’AéroClub de Ghisonaccia, Michel a créé cette aventure en 1982, en reprenant cette ancienne piste qui était la propriété de la base de Ventiseri : « Plusieurs mois de travaux ont été nécessaires pour obtenir ensuite une autorisation provisoire du district aéronautique à l’époque. La piste était en tuf mais cela nous a permis de démarrer avec un avion école et un avion de voyage. Six ans plus tard, la piste était goudronnée, ce qui a représenté un véritable confort pour assurer la formation des élèves. L’école est toujours chargée aujourd’hui de l’instruction des pilotes pour les vols de ligne et garantit à tous les passionnés de voler en toute sécurité… Son objectif est de délivrer un brevet qui permet de voyager dans toute l’Europe. »
Et contrairement aux idées reçues, prendre du plaisir dans un avion est loin d’être aussi onéreux qu’on peut le penser… Le coût d’une formation est de 150 euros par heure et il faut environ une cinquantaine d’heures pour devenir pilote…
A Ghisonaccia, ce sont deux instructeurs qui forment toute l’année et à la demande sur le vol à moteur et interviennent régulièrement auprès du Lycée et du Collège de Porto Vecchio donnant la possibilité aux scolaires d’obtenir un brevet d’initiation à l’aéronautique.

Vol à voile : Etre comme Icare sans se brûler les ailes…
C’est Patrick Mabut qui gère l’association du Vol à Voile, présente sur le site depuis 1982, fondée forcément par Michel Collomb. Pour Patrick Mabut : « Il y avait un planeur qui trainait dans le hangar, cela a permis à Michel de développer cette activité. Par la suite, c’est en 1995 qu’il y a eu un nouvel essor par le biais d’une opération fédérale qui permettait d’acquérir des planeurs à des prix modiques… Nous avons assuré de nombreux baptêmes de l’air et des vols d’initiation. Une trentaine de membres composent l’association qui bénéficie également de la venue de nombreux pilotes du continent qui ne souhaitent pas en vacances couper le lien avec leur passion. »
Dans ce domaine encore, un instructeur est mis à disposition pour assurer l’école de pilotage comme le précise Patrick Mabut : « Il y a une partie théorique et une autre pratique. On peut être breveté assez rapidement avec une formation dite au lâcher d’une vingtaine d’heures et un brevet obtenu à l’issue d’une quarantaine d’heures… La seule exigence de ce brevet réside en le fait qu’on ne peut rester que dans un rayon de trente kilomètres aux alentours du terrain. Après, ce sont d’autres qualifications additionnelles qui ouvrent d’autres perspectives. Le planeur, c’est avant tout la sensation du pilotage, la maîtrise de soi et la connaissance de l’aérologie, de la courantologie de l’air… En Corse, le terrain de jeu est restreint en raison des zones commerciales de Bastia et de Porto Vecchio mais avec la plaine et la chaîne du Cintu, on peut toutefois réaliser des circuits d’une longueur de 300 km. »
Sur la qualité des infrastructures de l’aérodrome, Patrick Mabut ne cache pas sa satisfaction : « Nous avons la chance d’avoir des infrastructures au top niveau, des activités nombreuses qui créent une véritable émulation, ce sont des atouts qui garantissent à l’aérodrome, un dynamisme pérenne… » 

Corsica Multi Air Training : De l’Hélicoptère à la restauration des vieux coucous…
C’est Bernard Lemonnier, pilote d’hélicoptère à la retraite qui gère aujourd’hui l’association aux objectifs multiples : « Corsica Multi Air Training assure la formation au brevet de pilote d’hélicoptères et se charge de la restauration des avions à moteur et des vieux avions. »
Dans l’atelier technique, outre l’hélicoptère et des avions en restauration, l’association héberge également un CESSNA destiné au tourisme d’affaires. Preuve, s’il fallait en rajouter, que l’aérodrome de Ghisonaccia peut avoir une vocation économique très importante.

Costa Serena Parachutisme : Patrice Mari et Marco Lehelley aux commandes des paras…
Patrice Mari et Marco Lehelley ont pu relancer l’activité du Costa Serena Parachutisme avec le soutien d’une équipe de jeunes de Ghisonaccia, Régis Pieri, Laurent Cristofari, Sylvia Mosconi et Delphine Andreani. Pour les deux « vétérans », l’arrivée des jeunes a insufflé dynamisme et motivation sans compter que le site disposera dans les prochaines semaines d’une nouvelle cuve de kérosène qui permettra d’accueillir des avions de largage propulsé ou à turbine d’une capacité de dix places : « Un atout indéniable, estime Patrice Mari, président du Club, pour des associations basées sur le continent qui auront la possibilité de déplacer leurs activités plus facilement…en avant et après-saison »
Parachustiste instructeur aux 15 000 sauts, Marco Lehelley, breton d’origine, est un petit peu le sergent major tant redouté, tout droit sorti du Full Metal Jacket de Stanley Kubrick… Mais on est vite attendri par la passion qui anime le « Para » au regard du travail qu’il accomplit quotidiennement. Plus de 500 personnes par an font le saut dans le grand vide en compagnie de Marco qui a tenu à saluer les jeunes de Ghisonaccia : « Nous sommes partis ensemble en voyage en Espagne pour la pratique de la soufflerie verticale qui est un simulateur de chute libre en compagnie de Manu Sarrazin qui a été trois fois champion du monde. Cela a renforcé la détermination des jeunes de faire vivre l’association et de créer un centre d’activités à Ghisonaccia. »
Avec les infrastructures dont le club dispose, le pari est lancé de faire venir des équipes du continent, voire mondiales dans les prochains mois car le monde du parachutisme est assez petit…
Pour Patrice Mari : « C’est une zone historique, propice à notre activité, éloignée des zones urbaines contraignantes, une zone idéale avec des vents dominants parfaits pour les parachutistes. Et avec la passion de Marco et des jeunes, l’avenir est assuré… »

Dominique Duriani : Se ressourcer à Ghisonaccia après le triple 7
Pilote de ligne sur Boeing 777, Dominique Duriani est un pur produit de l’aéroclub de Ghisonaccia. A Ghisonaccia, en vacances, il se ressource en profitant des plaisirs de l’avion à moteur… retrouvant ainsi ses premiers amours sans trahir son triple 7, sa compagne actuelle… « J’ai effectué mes premiers vols dès l’âge de 17 ans grâce à mes parents. J’ai passé mes premières qualifications à Ghisonaccia. De fil en aiguille, après différents examens, j’ai été instructeur auprès de la Direction Général de l’Aviation Civile avant de devenir commandant de bord et instructeur sur triple 7 sur des longs courriers auprès de TAT, Air Inter et Air France depuis la fusion en 1990. »

PEGAASUS et CORSICA FLY AND SUN : le moteur des activités de l’aérodrome 
Patricia Collomb est la cheville ouvrière de l’aérodrome de Ghisonaccia à travers la société Corsica Fly and Sun qui ne manque pas de dynamiser le site. Son père Michel fédère l’ensemble des activités au sein de l’association PEGAASUS qui mutualise les moyens, rassemble les diverses demandes et projets pour le développement de l’aérodrome et est gestionnaire du site par le biais d’une délégation de service public signé avec la Mairie.
Avec la municipalité, l’association est sur la même longueur d’ondes : « Le nouveau hangar réalisé par la Mairie est un aménagement indispensable à notre logique de développement de faire de l’aérodrome une grande plate-forme d’activités. De plus, la signature de la convention va nous permettre en plus du hangar de disposer d’un hébergement pour les pilotes et les parachutistes. Assurément, cela va accroître la vitalité du site et de ses activités comme le vol à voile, la voltige aérienne ou encore le développement du tourisme d’affaires qui est déjà bien implanté à Ghisonaccia. »

Téléphones utiles :
Aéroclub : 06 11 69 28 60
Para Tandems : 06 76 85 32 53
Para loisir Sportif : 06 09 84 19 16
Planeurs : 06 09 53 27 70
ULM : 06 03 16 68 97
Corsica Fly & Sun : 06 11 69 28 60
Hélicopère : 06 22 24 47